connexion

On votera à Genève le 19 mai 2019

Retour aux articles 26/04/2019

 

  

 

Mes chers concitoyens et contribuables payeurs,

Vous allez devoir voter prochainement la loi modifiant  la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève.

Afin de bien comprendre les tenants et aboutissants des enjeux, vous avez reçu une brochure de 175 pages vous donnant tous les renseignements vous permettant de glisser votre bulletin dans l’urne en toute connaissance de cause.

NB : combien coûte ce fascicule que bien peu de personnes vont lire ?

Je me suis quand même plongé dans cette littérature indigeste au possible espérant y trouver quelques explications de nature à éclairer ma lanterne de citoyen lambda sur ce sujet.

Sans grand succès !

 

 

J’ai quand même fini par deviner la conclusion de toutes ces nébuleuses explications :  

Nos pauvres fonctionnaires (ils sont quand même 73000) risqueraient de voir réduire les prestations de leur futures retraites.

Afin d’éviter ce désastre dû à une gestion calamiteuse de l’Etat, il faudrait injecter plus de 5 milliards de francs.

Rappelons-nous aussi  qu’en 2013, le bon peuple avait voté un renflouement important de l’ex CIA pour la modique somme de 7 milliards, financé bien entendu par le biais de nos impôts.

J’ai bien essayé de comprendre  comment tout cela allait se mettre en place mais je dois avouer y avoir perdu mon latin.

Si j’ai bien compris, il faudrait passer par un apport en liquide de 800 millions, un prêt de 4 milliards, la restructuration de la Cpeg,  le passage à la primauté des cotisations, des prélèvements temporaires d’assainissement de 2% ,le tout sur un étalement de 40 ans…et je vous en passe et des meilleures.

Tout cela ressemble plus à un tour de passepasse qu’à vouloir s’attaquer à un changement radical.

Mais c’est surtout vouloir protéger les acquis et ne pas oser demander aux fonctionnaires

de prendre aussi une partie de l’effort nécessaire au redressement des finances de leur caisse de prévoyance.

 

 

Chers concitoyens et contribuables payeurs, avant d’aller voter posez vous juste ces deux questions :

  1. Est-il juste d’utiliser une partie de l’impôt du contribuable pour financer la retraite des fonctionnaires qui gagnent déjà sensiblement plus que le reste de la population?

     

  2. Les rentes LPP dans le privé n’ont pas été ajustées au coût de la vie depuis plus de 15 ans. Bien évidement l’Etat n’a pas été sollicité pour  obtenir des fonds pour assurer cette perte.

    Alors, pourquoi ne pas demander aussi l’aide de l’Etat pour le secteur privé ?

     

     

Il me parait judicieux de rappeler ici l’état des finances catastrophiques du canton de Genève qui affiche  une dette de  17.5 milliards engendrant des intérêts annuels de 210 millions ! C’est le canton suisse le plus endetté, mais que cela ne tienne : trouver 5 milliards pour recapitaliser les caisses de retraite de nos fonctionnaires sera un jeu d’enfants.

 

 

Peut-être que mon ami Thierry V. qui me disait l’autre soir qu’il y avait beaucoup d’argent à Genève aurait-il  la solution autre qu’une augmentation d’impôts ?

 

                    

 

 

 

 

 

Il faut quand même lui rappeler qu’il y a une limite à prélever des impôts sur les sociétés et les grosses fortunes si l’on veut conserver ceux qui contribuent le plus aux revenus des caisses de l’Etat.

 

 

Bref rappel :

 

225 sociétés ont payé 1.2 milliards d’impôts en 2017. 

( 21% par l’horlogerie – 20% par les banques – 17% par le commerce )

 

Genève comptait 3000 grosses fortunes qui ont rapporté 660 millions d’impôts.

En modifiant le bouclier fiscal, 50 de ces contribuables ont quitté notre canton l’an passé.

 

Enfin, 33% des genevois ne paient pas d’impôts

 

 

Alors courage et bonne lecture. 11 questions attendent votre réponse aux prochaines votations.

La démocratie c’est bien, mais pour ce coup-ci : trop c’est trop.

 

 

 

Merci, cher Jean-Claude, de

Merci, cher Jean-Claude, de cette dernière chronique et de ta dédicace.
Juste quelques commentaires :
D'accord: l'info aux citoyens n'est guère comestible dans son entier, mais il y a des synthèses, des résumés; on peut aussi se référer aux avis des partis et mouvements concernés. La démocratie est exigeante!
Il fut un temps où la carrière de fonctionnaire, celle d'enseignant par exemple, était très déconsidérée, voire ridiculisée...A Genève, aujourd'hui, les conditions des fonctionnaires, des enseignants sont bonnes, en tous cas correctes; ce n'est pas une raison de les pénaliser. Par ailleurs, la vocation d'enseignant se fait rare!
La dette! Notre système économique encourage le particulier à s'endetter. Presque tous les Etats , même les plus puissants, sont endettés. Il y a de l'argent quelque part. C'est l'inégalité criante qui énerve et excite!
A une prochaine discussion! En tous cas : à mardi! Bien amicalement à toi.

Thierry

Caisse de retrait de l'état

Merci pour ton info et le gain de temps à ne pas lire cette brochure.
Au moins un point ou il n' y aura pas à réfléchir pour voter!

Mon cher ami, Je crois savoir

Mon cher ami,
Je crois savoir que l' état n'a jamais payé la part patronale.

Il me semble que le montant des retraites à payer en cours d'année étaient provisionnées au budget.

C'est une loi fédérale qui a changé la donne.

Le canton de Genève n'a malheureusement pas anticipé, comme d'ab. Je pense qu'il est seul dans ce cas.

Amitié. Daniel

Votations du 19 mai

Bravo Jean-Claude,
Bien vu et bien "torché", ton commentaire sur les 175 pages.
Je suis particulièrement content du fait qu'il m'évite de les lire.
Par ailleurs, il me semble que Genève n'est vraiment pas loin de la France...
Merci et à bientôt
Max

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
1 + 10 =
Résolvez cette équation mathématique simple et entrez le résultat. Ex.: pour 1+3, entrez 4.