connexion

le déclin de la Suisse

Retour aux articles 09/10/2016

 

déclin suisse.

Ne nous voilons pas la face, la Suisse a atteint son apogée économique.

Ne cherchons pas trop loin l’explication qui résulte simplement dans le fait que les suisses, après avoir atteint leur apogée économique et être devenu le pays le plus riche de la planète, aient sagement décidé de travailler moins en acceptant la diminution du taux de croissance de leurs revenus qui en est la conséquence logique.

Notre population vieillissante n’est plus en mesure comme dans le passé de produire en qualité et en quantité ce qui avait fait la force de son économie.

 

Le goût de l’effort et de la liberté s’est amenuisé, notre sens pratique est en voie de disparition. Les tendances socialisantes de notre pays s’acharnent à penser que l’oisiveté et l’inaction doivent être subventionnées. En voici un des résultats : un tiers des contribuables genevois ne paie pas d’impôts.

 Pour le coup, ce qui était l’image et la reconnaissance des qualités de notre bonne suisse est en train de foutre le camp.

Trois exemples qui illustrent mon propos :

Regardez ce qui se passe dans nos deux grandes banques. Quel bel exemple d’éthique pour  l’un de nos fleurons nationaux: procès les uns sur les autres, manipulations des cours, tricheries, non-respect des lois. Conséquence pour les actionnaires, ils ont vu  la chute catastrophique de la valeur de leurs actions.

Selon KPMG, 33% des établissements essentiellement actifs dans la gestion de fortune entrent dans la catégorie des instituts à «faible performance». Cela  pourrait avoir pour effet et je peux bien l’imaginer,  la disparition de plusieurs petits établissements bancaires dans la décennie à venir.

Il faudra bien se contenter des taux d’intérêts actuels extrêmement bas. On applique même des taux négatifs ! Ces derniers maintiennent en vie des sociétés souvent inefficaces et favorisent bien entendu l’endettement de plusieurs cantons.

On va se trouver rapidement dans la situation où les débiteurs devront emprunter pour payer les intérêts de la dette, ce qui mettra à mon avis le feu aux poudres.

 

                          

 

                                                         *****

 

Rien ne va non plus pour l'industrie horlogère suisse ! Depuis 2009, le secteur voit ses chiffres de vente graduellement tirer vers le bas. Sur un an, la baisse à l'export atteint presque les 10%.  Que penser de Swatch qui voit dégringoler son action de  fr 600.—en 2013 à fr 270.— aujourd’hui ? Nos horlogers suisses sont peut-être en train de manquer le virage électronique ?

Les investisseurs estiment que Swatch Group est l'acteur horloger suisse le plus menacé par la Watch d'Apple.

Quant à Rolex, c’est peut-être l’exception qui confirme la règle, cependant cette société reste très discrète sur ses résultats financiers. Comme l’autorise la loi suisse, ni le bilan, ni les résultats, ni le rapport annuel ne sont publiés.

 

  

                                                      *******

 

 Plus grave : on ne se donne plus les moyens d’assurer un développement fort de nos universités et de la recherche scientifique.

Le financement de la Confédération pour garantir la qualité d’enseignement à l’EPFL et au Poly de Zurich sera insuffisant selon un récent rapport de Berne.

 Le 9 février 2014, la population suisse a accepté l’initiative populaire «Contre l’immigration de masse ». La conséquence pour les étudiants est la suspension du programme Erasmus. Monsieur Blocher a surement la réponse à ce problème ? Et que fera-t-on face à la plus grosse menace représentée par la Chine dans ce domaine ?

  

Conclusion :

On se cantonne et on se satisfait de lois hostiles aux étrangers, on complique à souhait celles de la fiscalité tout en multipliant les initiatives ayant pour résultat de diviser les citoyens sur des sujets dont ils ne comprennent pas grand-chose et n’en mesurent pas la portée.

 

Jusqu’à maintenant les suisses ont réussi à prendre les bonnes décisions et au bon moment.

Contrairement à la France  nous n’avons pas des grandes écoles de fonctionnaires fabriquant des énarques super intelligents, mais sans aucune pratique et complètement à côté  de la réalité.

Je crains beaucoup que  nous soyons devenus tout autant inefficaces que nos voisins,  englués que nous sommes dans notre sens trop profond du compromis.

 

JCE/ 9.10.2016

Belle et pertinente

Belle et pertinente analyse.
Bien que les responsables de ce déclin te répondront en choeur:

Meuuh non!!
Tout va bien.

Je plains les générations à venir.

Cher Jean-Claude toujours

Cher Jean-Claude
toujours aussi obtimiste depuis des décennies que je te connais. Va visiter d'autres pays et tu verras que pendant encore fort longtemps la suisse ne se porte pas si mal que tu le dit
USA - France - Angleterre - tous les Pays de l'est -
Les plus heureux se sont qui vivent pauvrement pas de 2ème ou 3ème piliers avex 200 ou 300 francs par mois, mais ils chantent et dansent.
je reviens de Chine le 90 % survivent . en 1990 20 millions de chinois sont morts de faim
amicalement
Georges

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.