connexion

Nabucco de Verdi dans les arènes de Martigny

Retour aux articles 20/08/2013

 

Décidemment mes chroniques font une large place à l’opéra.

Dans le cadre des arènes de Martigny, une troupe itinérante venue de Prague mettait à l’affiche la célèbre œuvre de Verdi : Nabucco.

On n’a pas souvent l’occasion en Suisse de voir et d’entendre en plein air un ouvrage lyrique.

C’est donc avec une pointe de curiosité que j’ai pris place dans cet amphithéâtre.

 

  

On se rend vite compte avant les premières notes, qu’une troupe itinérante devant jouer pratiquement chaque soir dans une ville différente, doit faire face à un nombre de problèmes techniques d’importance : montage de la scène, des tentes de régie et de l’orchestre, des loges d’habillement, sans compter ceux liés à la sono et à l’éclairage.

(NB: il parait que l’on joue par tous les temps et en cas de pluie, un stock de 700 pèlerines sont distribuées au public !)

Je peux aussi imaginer que le déplacement, le logement et les repas pour une troupe forte de 150 personnes ne doit pas se résoudre par un coup de baguette, fut elle celle du chef d’orchestre.

Ceci explique en partie que ce spectacle est loin d’atteindre la qualité des productions de  Vérone ou même d’Avenches auxquelles vous auriez eu peut-être le privilège d’assister.

L’orchestre du Festspieleroper de Prag  est inconsistant, peu motivé m’a- t-il semblé,  malgré la direction compétente et énergique de Martin Doubravsky.

De nombreuses fausses notes ont émaillé cette partition, avec une faiblesse chronique pour les instruments à vent, alors que les cordes sombraient parfois dans une douce léthargie.

J’allais dire : ils ont fait avec les moyens du bord.

La mise en scène s’avérait une gageure sur un espace aussi restreint, d’où des déplacements laborieux.

Quant aux décors, difficiles de faire mieux, sachant qu’ils devaient se prêter au montage et démontage journalier.

Une bonne note pour les costumes, tout à fait dans le ton de l’époque.

 

    

 

 

 

Alors vous allez me dire : soirée à oublier ?

Et bien pas du tout.

Les chœurs et surtout les solistes se sont montrés particulièrement remarquables, ce qui a «  gommé » mes remarques susmentionnées.

Abigaille rôle tenu par Anna Todorova m’a séduit par ses qualités vocales puissantes.

Le prophète Zaccharias ( jurij Kruglov ) une basse qui a su trouver l’interprétation émotionnelle qui convenait.

Et sans oublier Nabucco ( Marrin Barta ) un baryton dont l’apparence dramatique est impressionnante, mais la voix  pleine de velouté.

Ces chanteurs sont parait-il parmi les plus populaires dans la République tchèque.

Vous apprécierez ces trois personnages dans l’extrait ci-dessous.

(Ouvrage chanté dans sa version originale en langue italienne)

 

 

Restait le fameux chœur des prisonniers qui évoque l’épisode biblique de l’esclavage des juifs à Babylone. La population de Milan par la suite et sous l’occupation autrichienne s’est identifiée à ce chœur et surtout aux paroles.

On a l’habitude d’entendre une version puissante, le chef d'orchestre et le metteur en scène disposant d’un contingent de choristes le plus souvent impressionnant.

 Ce qui nous a été donné d’entendre ce soir-là, a été tout en douceur et sobriété, dans une ferveur qui n’a pas échappé aux spectateurs.

 

 

Bonjour Jean-Claude C'est

Bonjour Jean-Claude
C'est toujours un plaisir de lire tes chroniques et l'opéra j'aime.
Amicales pensées
monique

Dires d'expert !!!

Ah Grand Chef !!! Je ne savais pas ton côté expert en la matière jusqu'à déceler des fausses notes dans la partition, la faiblesse des instruments à vent et des cordes !!!! J'en ai vraiment appris encore de l'opéra qui n'existe pas chez nous.

N'ayant jamais assisté à un spectacle d'opéra je me suis délecté des images et des sonorités.

Fantastiquement vôtre
Baba

Magnifique reportage, une

Magnifique reportage, une fois de plus... Teinté d'indulgence qui peut se muer en admiration au fil de tes émotions... La qualité des prises est impressionnante quand on sait les conditions d'un simple spectateur ! Pour ce qui est de l'oeuvre, j'imagine que tu ne t'attendais pas au raffinement d'une prestation en salle dédiée...le simple fait d'aller à la rencontre d'une troupe "exotique" et de son interprétation de cette oeuvre est la preuve d'une grande et intelligente curiosité, celle dont tu nous fait cadeau à chaque fois ! Bravo

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.