connexion

Week-end en fanfare

Retour aux articles 28/05/2013

Avec ce printemps pourri, l’idée m’est venue de me mettre à l’abri au Victoria Hall suite à cette annonce.

Pour une fois,  MAI EN FANFARE ne sera pas tenu en plein air !

Alors suivez-moi dans un petit florilège en fanfare présenté au Victoria Hall.

Parmi les nombreuses sociétés qui constituent la richesse de la vie musicale de notre canton, en voici quatre qui ont retenu plus particulièrement mon attention.

 

Société chorale des Eaux-Vives, sous la direction de Franz Josefowski

 

 En mettant du Georges Gershwin au menu, la société chorale des Eaux-Vives n’a pas donné dans la facilité.

Commençons par relever l’excellente prestation du groupe instrumental, avec une mention toute particulière du trombone à coulisse surtout lorsqu’on connait la difficulté à jouer de cet instrument.

 Bess you is my woman now dans sa version originale est un duo célèbre.

L’arrangement pour une chorale entendu hier, si bon soit- il, ne peut pas donner le reflet sonore de cet air admirable.

D’autant plus que les «  hommes «  étaient parfois un peu en difficulté.

Autre point, les choristes ont  trop leur nez dans leur partition !

Dommage car Joseph a beau donner l’impulsion rythmique à cette partition, on peine à trouver le bon tempo.

Mais Gershwin n’est pas facile à chanter car il utilise la tonalité « blues » et les rythmes syncopés du jazz, voilà qui posent parfois problèmes à ces chanteurs.

Enfin, le fait de mettre le chœur derrière l’orchestre (on ne pouvait peut être pas faire autrement ?)  donnait à ce dernier une prédominance trop importante.

 Ces quelques remarques ne masquent en rien, le plaisir que j’ai eu à déguster les «  trésors de la comédie musicale  « inscrites au programme.

On en redemandera.

 

 

 

Les cadets de Genève   ( direction Pierre-Alain Bidaud )

 

 Je ne suis pas du tout un spécialiste de fanfare ou d’harmonie.

Je me bornerai donc à émettre mon ressenti.

En premier, je suis toujours émerveillé lorsque je vois et j’entends des jeunes musiciens.

Et ceux que j’ai entendus hier soir étaient pour la plupart bourrés de talents.

Ils ont de surcroit la chance d’avoir à leur tête un directeur plein d’énergie et d’enthousiasme.

Ça doit être communiquant.

Et si en plus vous leur mettez dans les mains la partition de Louis Prima : sing,sing,sing

Le résultat n’est que du bonheur.

 

 

 

 

 

Liederkranz-Concordia  - le cercle choral – la société chorale des Eaux-Vives

Direction Stanislava Nankova

  

 

Selon l’annonce qui nous a été faite, nous devions assister à une «  première mondiale « !

En fait il s’agissait du premier regroupement des chorales susmentionnées.

Un seul morceau au programme, mais pas n’importe lequel :

Va pensiero de Nabucco de Verdi.

J’ai entendu mieux, probablement que les «  raccords «  de répétitions d’ensemble ont été un peu shorts ?

Je me souviens d’avoir entendu lors d’une précédente fête de la musique ce même Liederkranz-Concordia, interpréter de main de maitre(esse) également sous la direction de Stanislava Nankova cette même œuvre.

Le résultat n’est pas à comparer.

Allez je vous laisse écouter cette première mondiale …

 

 

 

Corps de tambours

 

 A mon humble avis, encore quelques rodages et un peu plus d’expérience

et on pourra les envoyer au Basel Tattoo.

 

 

JCE/27.5.2013

 

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.